L’absence des humanités environnementales en Nord-Pas-de-Calais! Compte rendu 2e Journée du CERCLE, Lille 3 avril 2015

Ce 3 avril 2015 a eu lieu la 2e journée du CERCLE à Lille au siège de région du Nord-Pas-de-Calais.Siège de la région NPdC

Si le terme « cercle » peut être familier et évoquer de bons (ou mauvais) souvenirs aux universitaires belges, ici il s’agit de sujets sérieux.

Le CERCLE ?

Le CERCLE est l’acronyme pour « Collectif d’Expertise Régionale sur le Climat et son Evolution ». Pour reprendre les termes d’Yves Fouquart, un ancien du GIEC: « le CERCLE, c’est le GIEC du Nord-Pas-de-Calais« .

Autrement dit, on y parle de changement climatique, d’environnement et de développement soutenable à l’échelle régionale. Le CERCLE met en relation et permet donc le dialogue entre scientifiques et pouvoirs publics. Le but fondamental du CERCLE est de conseiller les élus locaux, les décideurs publics sur les problématiques environnementales, et principalement le changement climatique, qui sont très souvent complexes et techniques.

L’absence criante des humanités environnementales

Cette journée a réuni de nombreux intervenants (programme disponible ici). On notera l’absence criante de représentants des historiens et dans une large mesure, hormis quelques exceptions (géographes et économistes) des SHS. En me basant sur la liste des participants à la journée, je ne peux que constater cette absence, étant quasiment le seul représentant des SHS dans l’assistance.

Je pense qu’il faudrait remédier à cette situation. Alors que les Humanités environnementales sont en plein développement et que les travaux en histoire, en anthropologie ou encore en sociologie environnementale commencent à produire leurs résultats et à engendrer de nouveaux points de vue, de nouvelles perspectives stimulants pour la compréhension des questions environnementales qui traversent notre société, il me paraît déconcertant qu’un laboratoire de premier plan tel que l’IRHiS, pouvant apporter un éclairage historique sur l’environnement local et régional,  ne participe pas au CERCLE.

La journée du CERCLE

Mais revenons à la journée du CERCLE. Celle-ci fut l’occasion de nombreux échanges. Après une introduction à la problématique du changement climatique, la matinée était consacrée aux impacts du changement climatiques sur les milieux urbains et les possibilités d’adaptation des zones urbaines à ces changements (notamment par la végétalisation) puis aux impacts du changement climatique sur la mer et le littoral (biodiversité, impact économique sur la pêche, érosion des falaises et inondations).

L’après-midi portait sur les impacts du changement climatique sur la santé: multiplication des risques d’allergie au pollen, risques sanitaires liés aux températures extrêmes (en prenant l’exemple de la canicule de 2003), impacts des pollutions atmosphériques, etc.

CERCLE 3 avril 2015

CLIMIBIO ou quand les historiens manquent leur train

Durant cette dernière session, le projet CLIMIBIO fut présenté. Il s’agit  d’un projet CPER portant sur le « Changement Climatique, Dynamique de l’atmosphère, Impacts sur la Biodiversité et la Santé humaine ».

Ce projet est en place pour la période 2014-2020. Il se veut pluridisciplinaire et se propose d’étudier le changement climatique en région Nord-Pas-de-Calais.

Effectivement, il inclut 16 laboratoires de l’Université Lille 1 (Sciences et Technologies… dont le Clersé pour la partie économie et sociologie), des laboratoires de l’Université Lille 2 (Santé), des laboratoires de l’ULCO et le laboratoire SAGE de MinesTech Douai. Pas d’IRHiS ni de Lille 3…

CLIMIBIO se répartit en 5 groupes de travail (WP). Le WP3 porte l’intitulé suivant: « Impact sur le monde vivant: biodiversité, santé humaine et sociétés ». Son objectif principal est de « comprendre et évaluer l’impact du changement climatique sur la biodiversité et sur la santé humaine en s’attachant à prévoir la dynamique d’adaptation des systèmes naturels et humains ainsi que des territoires« .

Selon mon opinion, les Humanités environnementales et plus particulièrement les historiens environnementalistes, pourraient apporter un éclairage intéressant et pertinent à ces questions.

Si l’étude et la gestion du changement climatique à l’échelle mondiale sont relativement récentes (le GIEC est créé en 1988), ces questions se posent à l’humanité depuis le 19e siècle (voir entre autres, l’excellent ouvrage de BONNEUIL Christophe et FRESSOZ Jean-Baptiste, L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2013).

A l’échelle régionale (du NPdC), des adaptations aux événements climatiques (parfois extrêmes), pour reprendre une des thématiques abordées durant la journée du CERCLE, ont été opérées par les populations du Nord-Pas-de-Calais avant que le problème du changement climatique ne devienne urgent. Il en va de même pour les problèmes sanitaires et environnementaux, pour la préservation et la conservation de la biodiversité, etc.

Il est d’autant plus malheureux que les historiens régionaux (et les représentants des SHS autres que les économistes ou les géographes en général) soient absents du projet CLIMIBIO alors que la mise en perspective historique des politiques de santé, notamment à l’échelle régionale, fait l’objet du programme SIC « Santé, inégalités, citoyenneté » (à Lille 3) et que les questions d’équité et de justice environnementales se font de plus en plus pressantes en Nord-Pas-de-Calais.

Pour que les historiens  investissent les questions environnementales en Nord-Pas-de-Calais

L’absence regrettable des historiens (et des SHS) dans la plupart des projets régionaux n’est, à mon avis, pas à imputer aux autorités régionales ou aux autres universités comme Lille 1 ou l’ULCO, mais bien aux historiens eux-mêmes.

Le désintérêt (relatif) des laboratoires d’histoire régionaux aux questions environnementales, hormis quelques exceptions comme le laboratoire CALHISTE à l’Université de Valenciennes-Hainaut-Cambrésis ou quelques historiens isolés dans des structures plus vastes, explique en large partie leur absence du CERCLE et des projets régionaux (comme la Troisième révolution industrielle même si une récente conférence portant sur la TRI et la recherche en SHS vient d’avoir lieu à Lille3 le 31 mars dernier ). Le manque de visibilité des SHS auprès des pouvoirs publics explique également, sans doute, cette absence.

Il n’empêche que ce manque d’investissement des historiens dans les problématiques environnementales ne se justifie en aucune façon. Des historiens participent, avec profit, dans d’autres projets portant sur des matières environnementales comme le PIREN « Programme Interdisciplinaire de Recherche sur l’ENvironnement de la Seine ». Pourquoi n’en serait-il pas de même en Nord-Pas-de-Calais ?

L’apport d’une perspective historique aux questions environnementales permet de conseiller les décideurs publics vers ce que l’on nomme une « bonne gouvernance« . Dans une optique « utilitariste », ou pour être plus poli, d’histoire appliquée, la réflexivité environnementale permet de tirer profit, entre autres apports, des expériences et actions entreprises dans le passé. Cette connaissance offre la possibilité aux pouvoirs publics d’éviter de répéter les mêmes erreurs (au cas où il y ait eu erreur) ou de repartir de zéro alors que des travaux, des rapports, des études, des entreprises ont déjà été menés et ne demandent qu’à être mis à jour. L’apport historique permettrait d’économiser du temps (et de l’argent) et d’améliorer l’efficacité de ces projets.

Il ne reste plus qu’à souhaiter que les historiens prennent le train en marche et s’impliquent plus dans la politique environnementale régionale. Le CERCLE est une très bonne initiative et je suis très heureux d’avoir pu assister et participer aux échanges de cette deuxième journée. Il serait dommage que les SHS s’en tiennent éloignées.

Loin d’étudier le passé pour le passé, l’historien se doit d’être un acteur de son temps et la crise environnementale que nos sociétés endurent a une histoire.

Kevin Troch

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s